Antidopage

En date du 1er avril 2013, l’IPSF a adopté le Code de l’Agence Mondiale Antidopage (WADA) et débuté l’implémentation d’un programme d’information auprès de chaque fédération nationale, athlètes, coachs and compétitions IPSF, afin de faire des Pole Sports un sport libre de tout dopage.

Depuis le 1er août 2013, l’IPSF a entrepris l’instauration d’un programme antidopage complet pour les athlètes concourant au niveau national et international, dans les compétitions accréditées IPSF. Cela signifie que le test antidopage peut intervenir à tout moment, et non pas uniquement dans le cadre des compétitions. Le test antidopage en compétition a été instauré aux Championnats du Monde de juillet 2014. 

 

Qu’est-ce que le Code Mondial Antidopage (WADA) ?

Le code WADA est un document qui harmonise les règlementations antidopage dans tous les sports à travers le monde. Le Code fournit un cadre de travail pour le maintien de politiques antidopage, de règlements and réglementations pour les autorités publiques et les organisations sportives.

 

Quelle implication pour les membres SPSF ?

En tant qu’athlète ou coach, vous recevrez de très nombreuses informations, conseil et guidage pour être sûr de rester, en tout temps, éloigné à 100% des substances prohibées. Le point le plus important à noter est par exemple que les compléments de santé sont en général à éviter.

En tant qu’organisateurs d’une compétitition, la Swiss Pole Sports Federation doit adopter les critères du code WADA afin de pouvoir continuer à évoluer sous l’IPSF. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à l’établissement d’un programme d’éducation et d’information Antidopage, afin d’assurer la connaissance de ce code auprès de tous les athlètes, les coachs et les passionnés des Pole Sports en Suisse.

Les principes antidopage de l’IPSF sont listés dans la constitution de l’IPSF. Des informations complémentaires peuvent toutefois être obtenues en vous adressant à anti-doping@polesports.org.

 

Quand les test antidopage auront-ils lieu ?

Les tests en cours de compétition ont déjà été effectuées depuis 2014 et sont toujours en cours. Les tests hors compétition débuteront en 2018.

 

Comment cela va-t-il se dérouler ?

Notification de sélection pour le contrôle antidopage

  • Le responsable du test se présentera avec son badge d’identification auprès de l’athlète
  • L’athlète sera prié également de montrer sa pièce d’identité

Présentation de l’athlète à la station de contrôle antidopage

  • L’athlète doit se présenter immédiatement pour le test (un délai peut être octroyé sous certaines conditions, voir plus loin)
  • L’athlète sera accompagné et surveillé durant toute la phase de test.

Sélection du récipient de test

  • L’athlète sélectionnera le récipient parmi un minimum de trois proposés.
  • Sauf en cas d’incapacité, l’athlète sera l’unique personne autorisée à manipuler le matériel de test

Récolte d’un échantillon sous surveillance

  • Les athlètes seront directement observés.
  • L’échantillon doit être de minimum 90mls; un échantillon complémentaire sera exigé si la dose minimale n’est pas fournie.

Sélection du matériel de test de l’échantillon

  • Le kit de test sera choisi par un minimum de deux kits proposés.

Division et scellage de l’échantillon

  • Bouteille B en premier, puis A, puis B en cas d’échantillon supplémentaire
  • L’athlète scelle son échantillon

Test de la conformité de l’échantillon

  • La concentration de l’échantillon sera vérifiée afin de s’assurer qu’il peut être utilisé pour le test.

Enregistrement et certification des informations

  • L’athlète complète le Formulaire de Contrôle antidopage (DCF) et signe pour certifier son échantillon. Une copie lui est remise.
  • L’athlète doit lister toutes les substances médicamenteuses ou compléments ingérés dans les 7 jours précédents le test.

Les athlètes sont autorisés à :

  • Demander à voir un badge d’identification de contrôleur antidopage
  • D’être accompagnés par un représentant
  • D’avoir un contrôleur du même sexe
  • De commenter la procédure antidopage
  • De recevoir une copie du formulaire DCF
  • De préserver la confidentialité au laboratoire
  • De demander un délai pour se présenter à la station de contrôle

 

Responsabilités de l’athlète soumis au contrôle antidopage

  • Rester en contact direct avec la personne en charge de sa surveillance.
  • Fournir une pièce d’identité avec photo lorsque requis (ou de trouver quelqu’un pour confirmer leur identité).
  • Se soumettre aux procédures de contrôle.
  • Se présenter immédiatement pour le test, à moins de déposer une demande de délai acceptable.

Les raisons pour un athlète de demander un délai de présentation à la station de contrôle sont listées ci-dessous. Toutes les requêtes relèvent de la responsabilité de la personne en charge de la surveillance de l’athlète et la décision sera prise en fonction de la capacité de cette personne à surveiller l’athlète en permanence.

  • Participer à la cérémonie de remise des prix
  • En cours d’interview avec les médias
  • Est encore en compétition
  • Est en train de s’échauffer
  • Est en cours d’entraînement*
  • Reçoit un traitement médical nécessaire*
  • Est la recherche d’un représentant et/ou un interprète*
  • Cherche à obtenir une pièce d’identité avec photo*
  • Toute autre circonstance peut être utilisée pour autant qu’elle soit documentée*

Pour les test antidopage hors compétition, seules les raisons comportant un astérisque (*) s’appliquent.

Un athlète commettant une violation du règlement antidopage sera notifié par écrit.

Des conseils sur le comportement à adopter, les actes à effectuer, ses droits et délais lui seront alors communiqués lorsqu’il répondra à cette notification. A cet instant, l’athlète sera très probablement suspendu dans son sport.

Un point très important des droits des athlètes est de pouvoir bénéficier d’une audition indépendante.

La plupart des cas sont examinés par le comité National Antidopage (NADP), et l’association antidopage va alors présenter le cas à charge contre l’athlète. L’athlète aura alors la possibilité de présenter sa défense et son cas, à l’aide d’un représentant ou avocat. Dans quelques sports, les cas sont gérés par l’autorité sportive nationale.

Toutes les preuves sont examinées par le comité NADP qui va délibérer, puis établir une décision et confirmer la sanction à appliquer.

L’athlète a ensuite le droit de faire appel de la décision, dans le respect des délais imposés. A partir de ce moment, l’athlète et le NADP peuvent faire appel auprès du Tribunal du Sport.

Sanctions

Les sanctions sont généralement une exclusion de l’athlète de leur sport, pour une durée déterminée, pouvant aller de quelques mois à une exclusion à vie, selon la gravité de la violation commise.

 

Que signifie réellement une exclusion ?

Un athlète banni n’est plus autorisé à :

  • Concourir dans toutes compétitions NGB/IPSF
  • Entraîner/coacher dans un centre IPSF/NGB certifié.
  • Recevoir un sponsoring financier

L’exclusion implique la suppression de toutes les médailles, titres et records préalablement gagnés.

Les athlètes doivent suivre une formation antidopage et peuvent encore être autorisés à recevoir un traitement médical si approprié.

La plupart des athlètes font preuve d’une passion certaine pour leur sport et y dédient une grande partie de leur vie. Se voir sanctionner de la sorte est parfois très difficile à vivre et devrait permettre de prévenir toute violation du Code WADA. Ainsi, en complément aux sanctions sportives, l’athlète doit assumer des sanctions aux conséquences souvent bien plus larges…

Découvrez tout le processus de contrôle en vidéo !

 

Sites web et documents utiles:

IPSF – Politique antidopage

WADA – Site officiel

WADA – Liste des substances prohibées 2018

WADA – Autorisation de substance pour usage thérapeutique (AUT)

WADA – Formulaire de demande AUT

Suisse – Association Antidoping